Dossier Digital Reverse Mentoring : Partie 1 : Le DRM - Une pratique exponentielle
Équipe Unatti 16 décembre 2016
Dossier Digital Reverse Mentoring : Partie 1 : Le DRM - Une pratique exponentielle

De nos jours, le nombre de programmes de mentoring pratiqué au sein des grands groupes est exponentiel. Ces derniers se multiplient d’année en année et forment des programmes pérennes. Plus de 70% des entreprises pratiquent au moins une forme de mentoring et les entreprises le pratiquant outre atlantique se comptent par centaines.

C’est sur cette dynamique qu'apparaît progressivement le reverse mentoring. Une pratique qui ne date cependant pas d’hier. C’est dans les années 90, que le dirigeant emblématique de General Electric, Jack Welch a introduit la pratique des premiers programmes.


La mise en place de plus en plus répandue d’outils digitaux témoigne bien de la transformation digitale des organisations. La communication passe fréquemment par des outils digitaux collaboratifs tels que Slack, Yammer, Talkspirit, Jive etc … C’est pourquoi, on ne parle désormais non plus seulement de reverse mentoring mais surtout de digital reverse mentoring (DRM).


Du Reverse Mentoring au Digital Reverse Mentoring :


  • Décloisonner les silos générationnels et favoriser la collaboration intergénérationnelle

  • Mettre en place la pratique de formation innovante et originale

  • Former aux usages digitaux les plus seniors

  • Une opportunité d’assimiler rapidement des processus essentiels à la performance d’entreprise en plaçant au coeur de la relation l’Humain.


Ce reverse mentoring “contemporain” se pratique dans le cadre de la transformation numérique des organisations. Les générations Y et Z nées à l’ère du digital et consommateurs invétérés de nombreux outils digitaux, qui ne sont pas forcément aussi faciles d’utilisation pour les  managers seniors. Ces derniers peuvent alors grâce à la pratique du reverse mentoring comprendre et se sentir à l’aise sur ces outils.  

Néanmoins, il ne s’agit pas de nourrir le stéréotype selon lequel seuls les jeunes seraient tech savvy. Au contraire, ce processus d’échange est lié aux objectifs des entreprises, de casser les silos et renforcer le lien intergénérationnel entre les talents juniors et seniors.


La transformation numérique des organisations


Les bénéfices du mentoring reposent sur la proximité que le mentor et le mentoré entretiennent. Il s’agit avant tout d’une relation humaine.

Aujourd’hui toutes les entreprises le disent : l’enjeu majeur est celui de la transition numérique. Transition des offres bien sûr, transition culturelle et transition des modes de collaboration. Le Digital Reverse Mentoring permet aux deux membres du binôme  d’échanger et de se former par l’échange à ces nouvelles facettes du monde du travail.



L’Equipe Unatti


Article inspiré de:

  • Yammer, Slack, Jive…Pourquoi les éditeurs croient au réseaux sociaux d’entreprise? http://www.isatech.fr/yammer-slack-jive-pourquoi-les-editeurs-croient-autant-au-reseau-social-dentreprise/


Newsletter